Université populaire de Sarcelles

Jean-François Kahn est le prochain invité de l’université populaire Sarcelloise

Jean-François Kahn, journaliste, essayiste et auteur de « Mémoires d’outre-vies », plus connu pour avoir créé les magazines « L’Événement du jeudi » et « Marianne » est l’invité de l’Université Populaire jeudi 29 septembre à 20h30 au conservatoire municipal Yitzhak Rabin pour une conférence-débat.

À cette occasion, ce journaliste de convictions et d’engagements raconte son histoire dans ses livres autobiographiques « Mémoire d’outre-vies », tome 1 et 2, aux éditions de L’Observatoire. 

Le parcours de vie d’un homme de presse exceptionnel, jalonné d’espérances, de désillusions, mais aussi de bonheurs, devenu presque malgré lui un contemporain capital de son temps. Sur scène, avec vous, il revivra l’intensité de ses combats !

A l’issue de cette soirée, vous pourrez partager un temps de convivialité, acheter votre livre et profiter de la présence de l’auteur pour le faire dédicacer.

Connaissez –vous les universités populaires ?

 « Une fois par mois, la ville de Sarcelles vous convie à l’Université populaire. De quoi s’agit-il ? Ces rencontres au format d’une conférence-débat sont l’occasion de donner la parole à des intellectuels, artistes, écrivains, journalistes, tous experts dans un domaine défini. Face au public, ils viennent partager leur savoir et ensuite échanger, lors d’un temps de questions-réponses. C’est une opportunité supplémentaire d’amener la culture au plus près des publics », confie Patrick Haddad, maire de Sarcelles.

En 2021-2022, l’Université populaire a déjà accueilli, pour débuter, le philosophe Raphaël Enthoven, venu disserter sur sa notion de la liberté.

Pap N’Diaye, aujourd’hui ministre de l’Éducation nationale et à l’époque directeur général du Palais de la Porte Dorée, avait, quant à lui, apporté son éclairage sur l’histoire comparée des mouvements noirs aux États-Unis et en France. 

Des experts reconnus à Sarcelles

De leur côté, Jacques Attali, écrivain, économiste, et Julie Martinez, avocate au Barreau de Paris, ont développé certains aspects de leur ouvrage intitulé « Faire réussir la France. 30 réformes et 250 actions urgentes ».

Illustrant la thématique santé, le Docteur Ghada Hatem-Gantzer, gynécologue et fondatrice de la Maison des femmes de Saint-Denis, a échangé avec le public sur la nécessité absolue de soigner les femmes victimes de violences.

Autre soirée exceptionnelle, celle de l’intervention de Sophie Nahum, réalisatrice du documentaire « Les Derniers », consacré aux enfants cachés lors de la Seconde Guerre mondiale, ayant vécu ou vivant à Sarcelles.

Enfin, Mohamed Mbougar Sarr, romancier sénégalais, Prix Goncourt 2021 pour son roman « La plus secrète mémoire des hommes » et Patrice Blanc-Francard, journaliste musical et producteur audiovisuel totémique, auteur de « Rock My Soul », ont continué en beauté ce cycle de conférences de l’Université populaire.