Les femmes réinvestissent l’espace public à Sarcelles : remise du label Café de l’Égalité

Le comité de femmes citoyennes de Sarcelles, regroupant plus de 35 habitantes, décerne ses premiers labels « Café de l’égalité » à partir du  13 au 31 mai.

Il y a un an, ce groupe de femmes, initié par la commune de Sarcelles, a entrepris de reconquérir les cafés, des établissements majoritairement fréquentés par des hommes qu’elles souhaitent réinvestir. Elles visitent donc 22 cafés et les évaluent pour déterminer les cafés de l’égalité.

Bien que les cafés soient des lieux ouverts à tous, ils sont encore largement fréquentés par des hommes. Ce label créé par des femmes vise à encourager d’autres femmes à s’y rendre.
C’est une démarche vertueuse dans la mesure où elle incitera également les gérants des cafés à créer les conditions d’un accueil favorable à une clientèle plus féminine.
Et plus globalement, il s’agit de redonner aux femmes leur place dans l’espace public.

Avant de pouvoir prétendre à ce label, les cafés doivent répondre aux critères suivants :

  • Qualité du service
  • Propreté des locaux
  • Accueil réservé aux femmes
  • Ambiance générale
  • État des sanitaires

Pour chaque remise, il est prévu la présence d’au moins trois femmes du comité des femmes citoyennes de Sarcelles ainsi que Monsieur le Maire, Patrick Haddad et Chantal Ahounou, adjointe chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, en présence des gérants des cafés.

Soutenu par le Maire Patrick Haddad et Chantal Ahounou, adjointe chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, ce projet s’inscrit dans le cadre d’une politique ambitieuse favorisant l’égalité entre les femmes et les hommes. Cette action s’ajoute aux marches exploratoires en soirée, menées avec des femmes pour identifier les améliorations à apporter à l’espace public en vue de le rendre plus sécurisé et adapté aux attentes des femmes.

Par ailleurs, d’autres initiatives sont proposées aux agents municipaux, telles que la formation des agents d’accueil à la détection des violences faites aux femmes, des conférences sur l’égalité femmes-hommes, une sensibilisation aux comportements sexistes, ainsi qu’une action pionnière de sensibilisation à l’endométriose. Enfin, des actions en direction des associations sportives ont été proposées pour prévenir  des violences sexuelles dans le sport.

Dès la rentrée 2024, la municipalité encouragera la réouverture de la Maison des Femmes dans les locaux précédemment occupés par l’association « Du Côté des Femmes ». Cette maison offrira aux femmes un lieu où se reconstruire en leur proposant un accompagnement juridique, psychologique et socioprofessionnel.

Au-delà de cette action, les femmes de Sarcelles s’investissent également pour la paix.
À l’initiative de la municipalité, trois d’entre elles ont participé au premier Forum mondial pour la paix organisé par Hanna Assouline au Maroc en 2022, puis se sont rendues en Israël et en Palestine en 2023, quelques jours avant la terrible attaque du 7 octobre.

En 2023, elles ont rejoint la délégation de l’association Les Guerrières de la Paix, répondant à l’appel de sa fondatrice Hanna Assouline, et ont rejoint un groupe de 25 femmes de toutes origines et confessions. Elles ont parcouru des lieux emblématiques, de Beit Jala à la frontière de Gaza, en passant par Haïfa, Jérusalem et Huwarra en Cisjordanie.

Elles ont rencontré les femmes palestiniennes du mouvement « Women of the Sun », fondé en 2021, qui vise à améliorer les conditions de vie des femmes palestiniennes, ainsi que les membres du mouvement populaire israélien « Women Wage Peace ».
Enfin, elles ont rencontré Viviane Silver, militante israélienne pour la paix et les droits des Palestiniens, au kibboutz Bee’eri, qui escortait des patients palestiniens de Gaza vers des hôpitaux israéliens, avant d’être tuée le 7 octobre.

L’initiative « Café de l’Égalité » est un exemple frappant de la manière dont les actions locales peuvent générer un changement significatif dans les perceptions et les habitudes. Les femmes de Sarcelles, avec le soutien de la municipalité, redéfinissent leur rôle et leur présence dans l’espace public, servant d’inspiration pour d’autres communautés confrontées à des défis similaires. Cette démarche s’inscrit dans un mouvement plus vaste de lutte pour l’égalité des sexes, prouvant que l’engagement à petite échelle peut aboutir à des transformations profondes et durables.