Inauguration du nouvel Espace Jeunes des Rosiers-Chantepie : votez pour son futur nom !

À l’occasion de l’inauguration du futur Espace Jeunes dans le quartier des Rosiers-Chantepie, nous faisons appel à la population afin de voter pour le nom de cet espace, qui rendra hommage à une figure féminine.

Freda Josephine McDonald, dite Joséphine Baker, est née le 3 juin 1906 à Saint-Louis (Missouri, États-Unis) et morte le 12 avril 1975 à Paris (France).
Chanteuse et danseuse, Joséphine Baker était une artiste très célèbre au siècle dernier. Elle a aussi combattu les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, et lutté pour les droits des Noirs.
Le 30 novembre 2021, le président de la République française fait entrer Joséphine au Panthéon. Dans ce monument parisien sont enterrées des personnes qui ont marqué l’histoire de France. Joséphine Baker est la première femme noire à entrer au Panthéon.
Elle reste une figure emblématique de la liberté et du changement.

Gisèle Halimi née Zeiza Gisèle Élise Taïeb le 27 juillet 1927 à La Goulette en Tunisie et morte le 28 juillet 2020 à Paris, est une avocate, militante féministe et femme politique franco-tunisienne.
La célèbre avocate, qui a défendu des militants FLN pendant la guerre d’Algérie et s’est battue pour la libéralisation de l’avortement et la criminalisation du viol, est morte à l’âge de 93 ans.
Figure du féminisme en France, elle est la seule avocate signataire du manifeste des 343 de 1971 réunissant des femmes qui déclarent avoir déjà avorté et réclament le libre accès à l’avortement, alors réprimé en France. Dans la foulée, elle fonde le mouvement « Choisir la cause des femmes », aux côtés notamment de Simone de Beauvoir et Jean Rostand. En 1972, lors du procès de Bobigny, son action en tant qu’avocate de femmes accusées d’avortement illégal permet l’acquittement de trois des accusées ainsi qu’un sursis pour la quatrième, et contribue à l’évolution vers la loi Veil sur l’interruption volontaire de grossesse, en 1975.

Marie Gouze, dite Olympe de Gouges Écouter, née le 7 mai 1748 à Montauban et morte guillotinée le 3 novembre 1793 à Paris, est une femme de lettres française, devenue femme politique.
Elle est considérée comme l’une des pionnières françaises du féminisme.
Rédactrice en 1791 de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, elle a laissé de nombreux écrits et pamphlets en faveur des droits civils et politiques des femmes et de l’abolition de l’esclavage des Noirs.
Elle est souvent prise pour emblème par les mouvements pour la libération des femmes.
Olympe de Gouges, née en 1748 et guillotinée en 1793, fut une figure marquante de la Révolution française, célèbre pour son engagement en faveur des droits des femmes. Son œuvre la plus connue, la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne », est un texte fondateur dans l’histoire du féminisme, revendiquant l’égalité et la liberté des femmes. Son combat pour la justice sociale et l’égalité de genre lui a valu une place de choix dans l’histoire des droits humains.

Lucie Aubrac, pseudonyme de Lucie Samuel, née avec le nom de jeune fille Bernard le 29 juin 1912 à Paris et morte le 14 mars 2007 à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), est une résistante française communiste à l’occupation allemande et au régime de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle agit notamment avec son mari, Raymond Aubrac. Incontestables figures de la Résistance, ils incarnent ces Français, alors anonymes parmi tant d’autres, qui, à une époque où rien ne fut facile, ont fait le choix de la liberté au mépris des dangers

Christiane Taubira, née le 2 février 1952 à Cayenne (Guyane), est une femme politique française.
Elle commence sa carrière politique comme militante indépendantiste, puis participe à la création du parti politique guyanais Walwari en 1992. Députée de la Guyane de 1993 à 2012, elle est à l’origine de la loi tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité. Elle est également députée européenne de 1994 à 1999.
Elle est garde des Sceaux, ministre de la Justice de 2012 à 2016, dans les gouvernements Jean-Marc Ayrault, puis Manuel Valls, sous la présidence de François Hollande. À ce titre, elle défend au Parlement le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de personnes de même sexe. En désaccord avec le projet de déchéance de la nationalité française pour des personnes jugées coupables de terrorisme, elle démissionne en janvier 2016.
Souhaitant se présenter à l’élection présidentielle de 2022, elle remporte la primaire populaire mais retire sa candidature deux jours avant la date limite du dépôt des parrainages, faute d’avoir réuni les 500 signatures d’élus nécessaires.

Malala Yousafzai ou Malala Yousufzai est une militante pakistanaise des droits des femmes, née le 12 juillet 1997 à Mingora, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, où elle s’est opposée au Tehrik-e-Taliban Pakistan et au Tehrik-e-Nifaz-e-Shariat-e-Mohammadi qui tentaient d’interdire la scolarisation des filles.
Symbole de la lutte pour l’éducation des filles et contre les talibans pakistanais, elle a reçu plusieurs distinctions nationales et internationales à la suite de ses prises de position alors que sa région était l’objet d’une lutte entre les talibans pakistanais et l’armée. Durant son enfance, Malala a écrit un blog pour la BBC, racontant son point de vue sur l’éducation et sa vie sous la domination des talibans pakistanais.
Le 9 octobre 2012, elle est victime d’une tentative d’assassinat la blessant grièvement (tir d’une balle dans la tête pendant qu’elle prenait le bus), un attentat revendiqué par le Tehrik-e-Taliban Pakistan. Elle est transférée à l’hôpital de Birmingham au Royaume-Uni le 15 octobre pour la suite de ses soins. Cette attaque conduit à la médiatisation internationale de Malala Yousafzai.
En 2014, âgée de 17 ans, elle obtient le prix Nobel de la paix avec l’Indien Kailash Satyarthi, ce qui fait d’elle la plus jeune lauréate de l’histoire de ce prix.